• Sélection d’oeuvres
  • Tir à l’arlequin / 2010

    • TirArlequin 3233
    • TirArlequin 3250
    • TirArlequin 3012
    • TirArlequin 3026
    • TirArlequin 3056
    • TirArlequin 3231
    • TirArlequin 3009
    • TirArlequin 2991
    • TirArlequin 2990
    • TirArlequin 2982
    • TirArlequin 2977
    • TirArlequin 2976
    • TirArlequin 2962
    • TirArlequin 2961
    • TirArlequin 2955
    • TirArlequin 2954
    • TirArlequin 2952
    • TirArlequin 2951
    • Tir à l'arlequin / 2010

    Après avoir découvert le Tir à l’arlequin, une tradition belge datant du XIIIè siècle, Valérie du Chéné propose ici un nouveau contexte d’existence à ce jeu dirigé par le groupe des Arbalétriers de la Gilde de St Georges qu’elle a rencontré lors de leur concours annuel tenu en janvier à Bruxelles. Elle nous livre ainsi une interprétation de ce rituel, dont le caractère folklorique et festif est en partie évacué, par la réification dans un nouveau langage formel et esthétique du principal objet qui s’y rattache : la cible. Extraite de son contexte originel, tout en conservant les couleurs de son abstraction géométrique première, la cible d’abord peinte sur une toile de deux mètres par deux et ensuite prise en partie dans la résine devient un volume, fixé sur un parallélépipède tronqué (Le tir à l’arlequin). Le diamètre initial multiplié par quatre redonne une nouvelle dimension aux teintes vives, une sorte de vibration semblable à celle produite par la juxtaposition des couleurs primaires et complémentaires d’un cercle chromatique.
    Extrait du CP de Virginie Lauvergne

    • résine, polystyrène, toile, acrylique
    • cible : 85cm de diamètre lg: 130, h: 95cm